Le Mongol

Quizz
La région périnéale
Le cycle génital de la jument peut s’interrompre durant l’hiver ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.

■ Les origines et l’histoire

Considéré comme l’une des races les plus anciennes du monde, le Mongol a énormément influencé la race équine, plus particulièrement en Asie. La quais totalité des chevaux asiatiques ont reçu un apport de sang Mongol à un moment donné de leur élevage. On peut citer notamment, le Tibétain qui lui est très similaire ou bien le cheval mongol chinois. On peut aussi penser que son influence à largement dépassé les frontière de l’Asie, en Europe entres autres. Même si le peuple mongol ne parle de types, il en existe tout de même quatre, le Tes, le Galshar, le Garkhad et le Jargalant.

Le Galshar, élevé surtout pour les courses, est issu d’un élevage très surveillé depuis une centaine d’années dans les zones de steppes dans l’objectif de maintenir ses performances à la course sur de longues distances, toutefois ce n’est pas le type le plus répandu. Capable de vivre a une altitude de 2500 mètres au dessus de la mer, le Darkhard supporte des températures basses qui peuvent atteindre -50°C et la couverture neigeuse qui oscille entre 50 et 60 centimètres en hiver dans la Taïga. Localisé dans le centre de la Mongolie, le Jargalan est un type de la race qui à une grande taille principalement due à l’apport de sang du Boudienny qui fut ramené dans la région dans les années 1960 à 1970. En Chine, dans zone de pâturage riche qui se situe en Mongolie intérieur, on trouve un population importante de Mongol, comme le Wuchumutsin, qui est un type plus fin de la race.

■ La morphologie et le caractère

Mesurant entre 1,23 mètre à 1,42 mètre avec une moyenne de 1,26 mètre pour les juments et 1,31 mètre pour les mâmes, le Mongol, qui est un cheval compact, est de toutes les couleurs possibles avec des nuances étonnantes, toutefois 60% des individus ont une robe bai ou alezan avec des reflets dorés. Fréquemment porteur du gène dun, il présente souvent une raie dorsale et des zébrures aux membres. Par ailleurs comme certains de ces congénères, notamment le Yakoute et le Transbaïkal, quelques uns portent une marque sombre sur l’épaule.

Sa tête au profil rectiligne a des oreilles et des yeux petits, son encolure plutôt courte est assez épaisse, son garrot est presque effacé, son épaule est musclée, son dos droit est court, sa croupe longue est inclinée, ses membres sont très solides, ses sabots sont particulièrement durs et jamais ferrés, sa queue est attachée haut. Les crins de sa crinière et de sa queue sont fournis. Le poil d’hiver est très dense ce qui lui permet de résister aux climats difficiles. Les chevaux sont marqués à la cuisse gauche au fer rouge, avec des motifs qui correspondent à leur propriétaire.

Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com