Le Minorquin

Quizz
Le ferrage
L’angle de la muraille du sabot devrait s’approcher de celui formé par l’épaule et le paturon (45 à 54 degrés) ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.

■ Les origines et l’histoire

Originaire de Minorque et des Baléares en Espagne le Minorquin est une race très ancienne puisque elle remonte au XIIème siècle.

Au XIVème siècle, le roi Jaume II de Minorque veut constituer une cavalerie, faite de chevaux agiles, maniables, rapides et souples et un mental sans faille. Il va donc utiliser les agiles petits chevaux noirs autochtones de l’île et effectuer des croisements avec le genêt d’Espagne ainsi que des chevaux pur sang Arabe et Barbe.

Quand l’île fut occupée par les anglais leurs chevaux, de race Pur sang Anglais, furent ajoutés au patrimoine génétique du Minorquin.

Jour après jour, le Minorquin s’est façonné, jusqu’à avoir aujourd’hui un singulier caractère méditerranéen, doté de ses caractéristiques propres qui allie la rusticité et la noblesse.

Avec la révolution industrielle, ce cheval noble a été quelque peu oublié au fond des écuries. Pour survivre, il a dû rivaliser dans tous types de disciplines, avec tous types de chevaux. On peut donc affirmer avec satisfaction qu’il a actuellement récupéré ses lettres de noblesse, et qu’il est rôdé à toutes les disciplines équestres de notre société actuelle.

A l’issue d’une sélection rigoureuse, le Stud Book de la race recense environ 1900 chevaux, dont 116 étalons, 612 juments et 169 naissances enregistrées en 2006.

■ La morphologie et le caractère

La robe doit obligatoirement être noire, toutes les nuances de noirs sont admises, du noir pangaré au noir de jais. Ne sont autorisées que les petites marques blanches en tête et balzanes à conditions que celles-ci soient de taille réduite. Les crins de sa crinière et de sa queue, qui est attachée bas, sont longs et abondants.

La tête est de taille moyenne, allongée, fine, harmonieuse et le chanfrein est droit, avec parfois une légère convexité. Les oreilles sont petites, recourbées et les yeux sont ronds dans des orbites saillantes, le regard vif. L’encolure est forte, moyennement longue et arrondie, puissante. Le poitrail est bien éclaté et les épaule sont obliques, musclées. Le garrot est peu sorti et le dos est assez long, droit et musclé. La croupe est légèrement inclinée, puissante. Les membres sont longs, bien équilibrés et fins. Les pieds sont petits, arrondis, durs.

Les allures sont légèrement relevées, aisées avec beaucoup de rebond, il fait preuve d’un équilibre remarquable et d’une grande souplesse. C’est un cheval noble, de sang chaud, sobre, rustique, résistant et énergique. Il est souple, agile et fait preuve d’un grand équilibre naturel.

■ L’utilisation

Le Minorquin est un cheval pouvant pratiquer avec succès toutes les disciplines équestres y compris les travaux des champs, porter des charges ou tirer des attelages, mais c’est en dressage qu’il excelle.

Il est aussi très apprécié pour le spectacle, la randonnée ou encore le saut d’obstacle.

■ Le spécialiste du bôt

S’il est une preuve du mental irréprochable du Minorquin c’est lors de la Fête traditionnelle de la Saint Jean à Minorque.

Les étalons fendent au galop la foule agglutinée dans les rues très étroites puis se lèvent pour exécuter des Bôts, cette figure typique et si particulière qui consiste en ce que le cheval se dresse sur ses postérieurs et se tient ainsi en équilibre et se déplacer sur plusieurs mètres, voire dizaines de mètres.

Plus surprenant, ils exécutent le Bôt pendant que les spectateurs les touchent et les maintiennent en l’air le plus longtemps possible selon la tradition sans craindre les sabots au dessus de leurs têtes.

Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com