Le Dales

Originaire du Royaume Uni en Europe le Dales est une race qui compte moins de cinq mille individus à travers le monde. C’est un poney qui mesure entre 1.42 et 1.47 mètre. Il est principalement utilisé pour l’attelage, le bât, la monte, la randonnée et le travail.

■ Les origines et l’histoire

L’histoire de la race Dales se mêle étroitement à celle des mines du Derbyshire, en particulier celles d’Allendale et d’Alston Moor au XIXème siècle. Cette région d’Angleterre s’étend des monts du Derbyshire jusqu’à la frontière écossaise. Des activités minières existent dans cette région depuis l’époque Romaine. Richard Scrope, alors Lord Chancelier, possède les mines de Wensleydale au XIVème siècle. Le minerai de fer, le combustible pour la fusion et le plomb travaillés sont transportés sur le dos de poneys de bât, chaque poney portant 110 kilogrammes. Des groupes de 20 poneys en file sont menés non-tenus, sous la surveillance d’un homme monté. Ces poneys portent le minerai depuis les galeries jusqu’à l’estuaire de la Tyne, le premier port étant distant de 400 kilomètres. Ces files de poneys bâtés et tenus par un ou deux hommes réalisent des trajets quotidiens d’environ 80 kilomètres.

Le Dales moderne est probablement le résultat d’un croisement entre ces poneys de travail originels, le Galloway écossais et les juments des Pennines, à la fin des années 1600. Un siècle plus tard, le Cob du Norfolk influence la race, via une lignée descendante du Darley Arabian.

De nos jours, la plupart des Dales ont un pedigree qui les rattachent immédiatement à cet étalon influent, l’un des étalons fondateurs du Pur Sang. Pendant tous les XVIIIème et XIXème siècle, la race est croisée avec du trotteur Norfolk, du Pur Sang, du carrossier du Yorkshire et du Welsh cob, afin de renforcer ses capacités de trotteur et de lui donner de la taille et du cadre.

Grâce à son agilité, sa puissance et sa vitesse, le Dales connaît de grands succès en courses de trot au XVIIème siècle, et participe aussi aux chasses à courre. Le Fell continue à influencer le Dales jusqu’au début du XXème siècle. Le célèbre étalon Welsh Cob Comet, né en 1851, influence particulièrement le Dales pendant ses années de compétition à Westmorland, ce qui introduit une certaine ressemblance entre les deux races. Le Dales prend de la taille mais garde cependant ses caractéristiques de poney. Par la suite, le Dales est croisé avec le Clydesdale.

En 1912, une première société de race est créée. La même année, Dalesman est désigné comme étalon Fell premium par le « Ministry of Agriculture, Fisheries and Food ». En 1924, il est ré-enregistré comme un Dales.

À l’époque de la Première Guerre mondiale, des Dales sont réquisitionnés, notamment pour l’artillerie. Le Dales est alors considéré comme aux deux tiers Clydesdale, bien que son influence diminue nettement chez les individus plus modernes. Au début des années 1920, 200 Dales sont achetés par la British army. Les meilleurs individus sont choisis, avec un minimum de chevaux influencés par le cheval de trait. Suite aux réquisitions par l’armée et à l’utilisation massive de Dales pour tracter des attelages commerciaux vers les villes et villages lors de la Seconde Guerre mondiale, la race frôle la disparition. De nombreux poneys d’usage militaire en Europe ne regagnent jamais leur pays d’origine, la plupart sont abattus pour leur viande.

Comme toutes les races de travail, la motorisation des transports et de l’agriculture la met en péril. Le Dales passe le cap des années 1950 grâce à son utilisation en randonnée et pour les loisirs. Cependant, seuls 18 poulains de la race naissent entre 1948 et 1952. En 1955, le stud-book ne compte que quatre pouliches. Un petit groupe d’éleveurs se mobilise pour rechercher des poneys de type Dales non-enregistrés dans le stud-book. Dans les années 1960, trois étalons Fell entrent en croisement avec les juments Dales, afin de sauver la race. En 1963, la création de la « Dales Pony Society » donne un nouveau souffle à ce poney. L’année suivante, la courbe de population de la race s’inverse. La Société pour l’amélioration du Poney Dales a classé la race « en voie d’extinction » jusqu’en 1970, où il est passé dans la catégorie des « poneys rares ».

Ses qualités de randonneur assurent désormais la sauvegarde du Dales. Dans les années 1990, le cheptel a suffisamment grossi pour autoriser des exportations de poneys. En 1999 soixante poneys de la race sont répertoriés en Amérique du Nord, pour une population totale estimée à 800 individus dans le monde. En 2001, avec 850 juments sont recensées. Le Dales reste malgré tout dans la catégorie de race « vulnérable ».

■ La morphologie et le caractère

La robe la plus répandue est noire, ce qui est plutôt rare pour un poney britannique. Il existe aussi des bai-bruns, des bais et des rouans. Les rares poneys gris dénotent une ascendance Clydesdale plus marquée mais comme les précédents, ils sont admis au stud-book. La seule marque blanche admise est une petite étoile ou une pelote en tête, les listes et les museaux roses ou blancs n’étant pas acceptés. Les balzanes doivent être les plus discrètes possible, limitées à un principe de balzane sous l’articulation du boulet. Listes et balzanes sont vus là aussi comme un héritage du Clydesdale. Les poneys avec des excès de marques blanches peuvent être enregistrés dans le registre B du stud-book.

Il ressemble à un Frison en plus petit. Il a une petite tête avec un front large et de petits oreilles. Son dos est long, sa croupe est puissante et ses sabots sont bien durs. Les crins sont épais et ceux de la queue sont légèrement ondulés.

Le Dales possède moins de « sang » que le Fell, il est doux et docile, avec un pied sûr, vigoureux, intelligent, endurant et paisible. L’impression d’ensemble doit être celle d’un animal alerte et courageux, mais calme et gentil. Il est cependant davantage conseillé aux adultes qu’aux jeunes enfants, en raison de son tempérament fort. Il est facile d’entretien et résistant aux maladies, l’élevage s’effectuant le plus souvent au plein air.

Ses allures sont actives, parfois légèrement relevées. Un poney Dales doit se déplacer avec énergie et puissance, en levant les sabots bien au-dessus du sol. Il dispose aussi d’une grande force et se révèle énergique au travail.

■ L’utilisation

Le Dales, destiné à l’origine au bât et à la traction selon les besoins des agriculteurs, a beaucoup été employé dans les mines de plomb et de charbon. Le Dales peut porter jusqu’à 100 kilogrammes et tirer environ une tonne. Il a servi de monture pendant les chasses à courre. L’armée a également fait appel à ses services, le Dales représentant la première race britannique pour le bât et le trait.

De nos jours, il est apprécié monté ou en attelage, pour le trait léger et toutes les formes de tourisme équestre, comme la randonnée. Il est parfaitement adapté aux variations du terrain. Sa force le rend capable de porter un adulte, il est considéré comme un excellent poney de randonnée. Sur les terrains de concours, il arrive d’en voir en dressage, mais aussi en saut d’obstacles. Quelques individus sont toujours employés pour les travaux des champs.

Les sections de la page

Présentation et description

Consultez la section de présentation et de description de la...

Section en cours


Caractéristiques de la race

Retrouvez dans cette section les caractéristiques attachées ...

Voir cette section


Galerie et diaporama

Visionnez les photos et images de la galerie et du diaporama...

Voir cette section


Téléchargement et sauveg...

Sauvegarder les fichiers disponibles au téléchargement de la...

Voir cette section


Voir aussi

Trouvez la liste des liens internes au site cités dans la pa...

Voir cette section


Publicité pub

■ Écrire un commentaire à propos de la page « Le Dales ».

Ligue Française pour la Protection du Cheval

La ligue française pour la protection du cheval est une association déclarée d’utilité publique. Elle est composée de bénévoles dévoués qui, chacun a leur niveau, mettent tout en oeuvre pour porter secours aux équidés maltraités.

Question thématique

L’instinct › En liberté, combien de temps en moyenne passe un cheval à se nourrir ?



Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.