Le Comtois

Quizz
Le ferrage
On peut remplacer un fer en fixant simplement six nouveaux clous dans les anciens orifices ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.

■ Les origines et l’histoire

Dès l’époque romaine, on commence à écrire sur ce cheval originaire des montagnes de Franche Comté. Il descendrait de croisements de juments locales avec des Bourguignons. Il ressemble beaucoup aux chevaux utilisés dans les armées de Louis XIV puis de Napoléon Ier, ceux qui figurent sur les tapisseries ancienne, qui l’adoptèrent aussi bien pour leur cavalerie que pour tirer artillerie, les carrosses et servait de monture aux chevaliers lors de leurs joutes. Cependant a force de prendre ces chevaux pour l’armée une forte pénurie de chevaux en Franche Comté se fit sentir.

Au début du XXème siècle, une poignée de passionnés essaya de sauver la race par une sélection de reproducteur comprenant de petits étalons Ardennais bai, sans balzane. En 1910, le premier concours d’élevage eu lieu à Maîche dans le Doubs, et en 1919, le Syndicat du cheval Comtois et le Stud Book de la race sont créés.

Malgré la motorisation de l’après guerre, le Comtois est toujours présent. C’est aujourd’hui la première race de cheval de trait en France. En 2001, on recense 3373 élevages sur le territoire Français, 836 étalons et 3802 poulains immatriculés en pure race.

■ La morphologie et le caractère

Le Comtois a une tête expressive avec l’œil vif et de petites oreilles bien plantées et très mobiles. Sont encolure est droite et musclée. L’épaule longue, inclinée et large. Le garrot est bien sorti. Le poitrail est large et la poitrine profonde. Le dos est droit et les reins sont courts et bien attachés, la croupe est large avec une cuisse bien descendue. Les membres sont secs, avec des articulations fortes, les tendons et les jarrets nets et de bons aplombs. Leurs couleurs de robe sont plus souvent alezan foncé ou cuivré, avec un crins lavés, la robe baie est rare mais acceptée. Les balzanes et listes en tête sont à éviter.

La robe du Comtois n’a pas toujours été alezane, jusqu’après la deuxième guerre mondiale, tous les Comtois avaient la robe baie. Ce n’est qu’avec Questeur, un étalon alezan, qu’on a vu le la couleur alezan s’imposer. Très souvent les robes dites « alezans comtois » dont les extrémités sont foncées, sont en réalité des bais porteurs du gène crins lavés.

Le comtois est un cheval doux, rustique et qui montre une grande endurance, de plus il est doté d’une bonne longévité.

■ L’utilisation

L’utilisation première du cheval de trait Comtois est bien entendu dans le domaine des travaux agricoles et le débardage. Toutefois il convient aussi à l’attelage, au tourisme équestre et aux loisirs.

  La sélection de la boutique
Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com