Le Cheval de Montagne du Pays Basque

Quizz
Le saut d’obstacles
Un obstacle de volée est construit sur plusieurs plans de mêmes hauteurs ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.

■ Les origines et l’histoire

L’origine exacte de la race est inconnue, mais des chevaux sont présents depuis la préhistoire, à la fois dans l’art pariétal et mobilier, attestant d’une relation humain-cheval extrêmement ancienne dans le Pays basque. Des ossements datés du paléolithique inférieur ont d’ailleurs été retrouvés. Les ancêtres du cheval des montagnes sont certainement typiques des petits chevaux d’Europe occidentale adaptés à leur biotope, avec une pression de sélection naturelle très forte.

Dès le XVIIIème siècle, la race commence à décliner avec la vente des terrains communaux, les progrès de l’agriculture et la déforestation. Les provinces de Bizkaia et Guipuscoa sont les plus touchées, la population de chevaux diminuant d’environ deux tiers. Les progrès agricoles entraînent une demande en chevaux plus adaptés au travail.

Dans ce but, jusque dans les années 1860, le gouvernement d’Álava met à disposition des éleveurs locaux un petit groupe d’étalons reproducteurs Andalous importés de Tolède, d’Aranjuez et de l’Andalousie, et les répartit dans six ou sept stations de monte. L’influence de ces étalons est relativement mineure et se révèle très critiquée à l’époque, notamment car les propositions de croisements ne tiennent pas compte des particularités des chevaux de montagne d’Álava.

Le Cheval de Montagne du Pays basque représente désormais un symbole vivant de la culture locale, en particulier des montagnes d’Álava. Le marché hippophagique a permis de relancer la race, mais aussi de créer une activité économique participant au dynamisme du territoire montagnard.

Après une très nette expansion à la fin du siècle précédent, les effectifs de chevaux des montagnes s’accroissent plus lentement au début du XXIème siècle, l’effectif total recensé dans les montagnes d’Álava étant passé de 1914 chevaux en l’an 2000 à 2116 en 2006.

■ La morphologie et le caractère

La tête du Cheval de Montagne du Pays Basque est de taille moyenne, bien proportionnée, avec un front large et présente un profil rectiligne ou légèrement concave, avec de petites oreilles. Les naseaux sont larges, les lèvres épaisses et de couleur foncée. Le toupet est abondant, il tend à tomber sur les yeux, tout particulièrement chez les mâles. Les yeux sont vifs et expressifs. Les longs poils présents sur les maxillaires et les lèvres épaisses permettent aux chevaux de manger des branches et des buissons épineux sans se blesser.

L’encolure est de longueur moyenne, très musclée, robuste et harmonieusement attachée. Une abondante crinière la recouvre depuis la nuque jusqu’au garrot, celle-ci peut être très longue. Le garrot n’est pas très marqué. Le dos est droit, large et musclé, la poitrine de largeur moyenne, les côtes sont bien cintrées et le ventre est souvent volumineux. La croupe est arrondie et bien musclée, sans exagération. Les membres sont bien proportionnés par rapport au corps, robustes et musclés, mais ils sont assez courts avec d’excellents aplombs. Les sabots sont solides.

Ce centre de gravité bas permet aux chevaux des montagnes de se déplacer plus facilement dans leur environnement et même sur la neige. Le Cheval de Montagne du Pays Basque est rustique et particulièrement bien adapté au climat local.

La queue est abondante, très touffue et attachée bas.

■ L’utilisation

Autrefois cheval de trait et d’attelage, il est aujourd’hui essentiellement élevé pour la production de viande. Ces chevaux étaient aussi employés, par le passé, en croisement pour produire des mulets.

L’utilisation du Cheval de Montagne du Pays basque est désormais rare pour la traction, mais il est parfois employé pour pratiquer la pêche récréative. Les juments servent aussi de race maternelle allaitante en croisement avec d’autres chevaux plus lourds.

Leur morphologie, très adaptée à la viande mais éloignée de celle des chevaux d’utilisation, est un frein sérieux pour les débouchés sur le marché du loisir et du sport.

Le Cheval de Montagne du Pays Basque
Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com