Les instruments de pansage

Quizz
Le dressage
Les rondelles sont interdites en compétition de dressage ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
L’idéal est d’opter, pour débuter, d’un ensemble complet, vendu dans un petit sac ou dans une boîte rigide, et que l’on complétera au fil du temps. Du premier kit de pansage des débuts à la malle du groom professionnel, les outils nécessaires aux soins quotidiens du cheval ont chacun un rôle bien précis.

■ Le bouchon

C’est une brosse à poils longs et durs, en chien dent ou en nylon. Le bouchon est de forme allongée, existant en plusieurs dimensions afin de s’adapter au mieux à la taille de la main du soigneur.

Il sert à éliminer la boue sèche et la sueur éventuellement à démêler les crins de la crinière et de la queue.

■ La brosse douce

La brosse douce, qui est en soie naturelle ou synthétique, possède des poils plus courts et souples que le bouchon. Elle est de forme ovale et est munie d’une poignée en cuir afin que l’on puisse la tenir sans effort.

La brosse douce permet d’éliminer les derniers poils morts et la poussière, en faisant briller la robe.

■ L’éponge

L’éponge naturelle ou synthétique s’utilise humide et sert à nettoyer les zones « nues » du cheval, comme le tour des yeux, les naseaux, l’anus et les parties génitales.

On l’emploie avec de l’eau fraîche et propre en la passant doucement.

Il faut prévoir une éponge pour la tête (yeux et naseaux) et une pour l’anus et les parties génitales.

Si l’on ne change pas l’eau du seau pour ce nettoyage, il faut procéder, pour des raisons d’hygiènes, dans l’ordre qui suit.

On commence par les yeux, puis par les naseaux, on change ensuite d’éponge et l’on lave les parties génitales puis l’anus.

■ Le cure pied

Il se présente sous la forme d’une pointe métallique recourbée dont le bout est légèrement arrondi ou aplati afin de nettoyer le dessous des pieds du cheval sans le piquer. Cet embout est inséré dans une partie en plastique, en bois ou en métal qui permet de tenir fermement en main le cure pied.

Il sert à retirer le fumier, la boue et les cailloux qui ont pu se coincer sous les sabots. Le cure pied peut comporter une petite brosse destinée à nettoyer à fond le pied (avant d’appliquer un onguent par exemple).

■ Le peigne

Le peigne existe en métal ou en plastique. Il se présente sous deux formes différentes, le peigne à crinière dont le bord supérieur est plus fin et le peigne à queue dont la partie supérieur est plus haute, voire bombée.

Ils servent à démêler les crins seulement si ceux-ci sont très embrouillés, à les désépaissir et à les égaliser pour améliorer la présentation d’un cheval.

Le peigne sert en général à démêler une crinière peu fournie. La queue et les crinières « tous crins » se font à la brosse.

■ L’étrille

L’étrille est un objet de forme ovale dont la particularité est de présenter des courbes concentriques ondulées et dentelées permettant de décoller la saleté et de débarrasser le cheval des peaux et poils morts. Elle est munie d’une poignée de cuir dans laquelle on glisse sa main afin de la tenir sans effort.

Il existe des variantes de l’étrille comme l’étrille finlandaise et l’étrille américain.
  • L’étrille finlandaise › C’est une sorte de brosse à picots en plastique. L’étrille finlandaise sert principalement à démêler les crins de la crinière et de la queue.
  • L’étrille américaine › Une étrille américaine est formée de plusieurs cercles de métal crantées réunis par un manche. L’étrille américaine fait des miracles quand il s’agit de décoller la boue sur un poil épais.

■ La brosse magique

La brosse magique est un bouchon à poils très longs et souples qui permet de nettoyer en profondeur la robe du cheval. Elle élimine rapidement la poussière et fait briller la robe.

Certains ont une structure qui produit un effet massant tout en protégeant les articulations, les tendons et les ligaments.

■ L’époussette

Le chiffon ou l’époussette peut se présenter sous la forme d’un torchon, d’une serpillère ou d’une serviette-éponge pourvu qu’il soit propre et suffisamment grand pour absorber la poussière restante à la fin du pansage.

L’époussette doit être d’une matière douce et est recommandé pour à ôter la poussière sur un poil court (poil d’été ou tondu) et pour le lustrer.

■ Le bloc de pansage

Le bloc de pansage, qui est de type pierre ponce, permet d’éliminer des taches de fumier et de débarrasser les membres du cheval des tenaces petits œufs déposés par les gastérophiles (parasites).

C’est également un moyen facile d’enlever les poils lousses des chevaux, la poussière et les saletés incrustés sous les poils.

Il laisse aussi le poils du cheval plus lisse et plus brillant.

■ Le couteau de chaleur

La couteau de chaleur permet d’ôter le surplus d’eau sur la robe du cheval après la douche ou d’éliminer la sueur après le travail.

Il est équipé d’une raclette souple pour coller au mieux à l’anatomie du cheval.

Il faut éviter de passer le couteau de chaleur sur les membres ou sur la tête du cheval.

■ La brosse à sabot

Si l’on possède un cure pieds qui n’est pas muni d’une brosse, la brosse à sabot est l’un des éléments essentiels du matériel de pansage, elle permet d’ôter les saletés et le sable décollés par le cure pieds.

Après avoir curer et brosser les pieds du cheval, il faut penser à appliquer un onguent ou une graisse régulièrement pour une corne saine et souple.

La brosse à sabot à généralement un manche en PVC ou en bois et des poils synthétiques.

■ La tondeuse

Une tondeuse sert à éliminer les poils disgracieux, et bien sûr, à tondre le cheval l’hiver.

Elle doit offrir différentes tailles de tonte et avoir une puissance constante pour une tonte régulière. Si on doit l’utiliser sur un cheval délicat ou particulièrement sensible, elle ne pas trop vibrer et avoir un très faible niveau sonore pour éviter le stress de l’animal.

■ Le ciseaux de pansage

Le ciseaux de pansage sert à raccourcir la queue (jamais la crinière qui s’égalise au peigne) et à dégager un passage pour la têtière en coupant à ras les crins situés derrière les oreilles du cheval.

Il faut penser à désinfecter les ciseaux avec un anti-bactérien au moins deux fois par an et les affûter au minimum une fois par an.

La plupart des ciseaux de pansage possèdent :
  • Des lames courbes et arrondies.
  • Une lame lisse,
  • Une lame cranté,
  • Des poignées gainées.

■ Le peigne à natter

Le peigne a natter sera votre allié indispensable pour tresser facilement un cheval et faire de beaux pions pour les concours.

Muni de quatre longues dents, il permet de faire des pions à intervalles réguliers pour un résultat final très soigné, en effet, il facilite la séparation des mèches de la crinière lorsqu’on la tresse.

Les tresse sont maintenues à l’aide d’élastiques conçu pour le nattage des crins du cheval.

■ L’onguent

L’onguent nourrit et hydrate le sabot en profondeur et assure une bonne protection de la corne.

L’onguent noir contient en sus du goudron de Norvège, ce qui permet de protéger le sabot de l’humidité et prévenir la pourriture de fourchette et les soles ramollies. Quant à l’onguent vert, il est enrichi en vitamines, bénéfiques pour la santé de la corne.

Il faut appliquer l’onguent sur les sabots à l’aide d’un pinceau.

■ Le goudron

Le Goudron de Norvège est destiné à prévenir et traiter la pourriture de fourchette chez le cheval. Il est également recommandé pour les soles ramollies, pour les plaies de sabot et pour prévenir la macération en conditions humides (pâtures, litières...). Par ailleurs le goudron de pin est reconnu pour ses propriétés antiseptiques puissantes et imperméabilisantes.

Il faut éviter une utilisation trop prolongée ce qui pourrait entraîner un dessèchement du sabot et pour le goudron de pin on peut le faire tiédir pour faciliter son application.

■ Le shampoing

Il existe de nombreux types de shampoings adaptés à la peau du cheval, notamment des soins spécifiques (insectifuge, antipelliculaire, spécial robes claires...). Il est important de choisir un shampoing qui se rince facilement et qui respecte la peau du cheval.

L’utilisation est souvent la même, il faut au préalable mouiller le cheval, verser une quantité suffisante de Shampoing directement sur le cheval (voir la quantité indiquée sur le shampoing choisi) et masser avec une éponge en faisant bien mousser. Après avoir laissé agir quelques minutes, il faut bien rincer le cheval et ôter l’excès d’eau.

■ Le détachant

Le spray détachant permet d’éliminer les taches d’urine et de crottins. Il suffit de l’appliquer sur la tache à éliminer, de frotter et de le laisser agir. Ensuite, une fois que le poil est sec, il faut le brosser.

Pour une bonne efficacité il est généralement recommandé d’agir sur les taches (urine ou crottin) dès leur apparition. Car il ne fera qu’atténuer les taches incrustées sans les faire disparaître complètement.

■ Le lustrant

Le lustrant facilite l’entretien du cheval et se révèle d’une aide précieuse en concours ou pour une présentation, car il fait briller sa robe et sa crinière.

Il faut pulvériser le lustrant sur le poil et l’étendre avec la main ou une éponge légèrement humide.

■ Le démêlant

Les démêlants, en plus d’enlever les nœuds, font briller la robe des chevaux en lui donnant un aspect soyeux.

Ils permettent de bien brosser les crins sans les arracher et facilitent également le pansage pendant quelques jours, en empêchant l’adhérence des poussières et des saletés de l’environnement.

Certains démêlant sont efficaces pour blanchir les poils jaunies.

■ L’huile d’amande douce

Utilisée depuis l’Antiquité pour ses propriétés hydratantes, nourrissantes, adoucissantes et apaisantes, notamment lors de démangeaisons, l’huile d’amande douce permet d’adoucir et faire briller la peau du cheval.

Elle s’utilise traditionnellement en application sur le contour des yeux et des naseaux, en prévision d’une présentation ou d’une vente.

Elle est généralement très bien tolérée par la peau, toutefois, comme pour toutes les huiles, il faut limiter l’application sur les zones de ladre afin d’éviter les coups de soleil.

■ Liste des instruments et des produits de pansage

#Caractéristiques et descriptionUtilisationIllustration
Le bouchonC’est une brosse à poils longs et durs, en chien dent ou en nylon.Il sert à éliminer la boue sèche et la sueur éventuellement à démêler les crins de la crinière et de la queue.
La brosse douceC’est une brosse en soie naturelle ou synthétique, qui possède des poils plus courts et souples que le bouchon.Elle permet d’éliminer les derniers poils morts et la poussière, en faisant briller la robe.
L’épongeC’est une éponge naturelle ou synthétique.Elle s’utilise humide et sert à nettoyer les zones « nues » du cheval, comme le tour des yeux, les naseaux, l’anus et les parties génitales.
Le cure pied Il se présente sous la forme d’une pointe métallique recourbée dont le bout est légèrement arrondi ou aplati.Il sert à retirer le fumier, la boue et les cailloux qui ont pu se coincer sous les sabots.
Le peigneEn métal ou en plastique, il se présente sous deux formes différentes, le peigne à crinière dont le bord supérieur est plus fin et le peigne à queue dont la partie supérieur est plus haute, voire bombée.Ils servent à démêler les crins seulement si ceux-ci sont très embrouillés, à les désépaissir et à les égaliser pour améliorer la présentation d’un cheval.
L’étrilleL’étrille est un objet de forme ovale dont la particularité est de présenter des courbes concentriques ondulées et dentelées.Elle permet de décoller la saleté et de débarrasser le cheval des peaux et poils morts.
La brosse magiqueLa brosse magique est un bouchon à poils très longs et souples.Elle permet de nettoyer en profondeur la robe du cheval. Elle élimine rapidement la poussière et fait briller la robe.
L’époussetteLe chiffon ou l’époussette peut se présenter sous la forme d’un torchon, d’une serpillère ou d’une serviette-éponge pourvu qu’il soit propre et suffisamment grand pour absorber la poussière restante à la fin du pansage.Elle est recommandé pour à ôter la poussière sur un poil court (poil d’été ou tondu) et pour le lustrer.
Le bloc de pansageLe bloc de pansage est de type pierre ponce.Il permet d’éliminer des taches de fumier et de débarrasser les membres du cheval des tenaces petits œufs déposés par les gastérophiles.
Le couteau de chaleurIl est équipé d’une raclette souple pour coller au mieux à l’anatomie du cheval.Il permet d’ôter le surplus d’eau sur la robe du cheval après la douche ou d’éliminer la sueur après le travail.
La brosse à sabotSi l’on possède un cure pieds qui n’est pas muni d’une brosse, la brosse à sabot est un des éléments essentiels du matériel de pansage.Elle permet d’ôter les saletés et le sable décollés par le cure pieds.
La tondeuseElle doit offrir différentes tailles de tonte et avoir une puissance constante pour une tonte régulière.Elle sert à éliminer les poils disgracieux, et bien sûr, à tondre le cheval l’hiver.
Le ciseaux de pansageLa plupart des ciseaux de pansage possèdent des lames courbes et arrondies. une lame lisse, une lame cranté et des poignées gainées.sert à raccourcir la queue et à dégager un passage pour la têtière en coupant à ras les crins situés derrière les oreilles du cheval.
Le peigne à natterC’est un peigne muni de quatre longues dents.Il permet de faire des pions à intervalles réguliers pour un résultat final très soigné, en effet, il facilite la séparation des mèches de la crinière lorsqu’on la tresse.
L’onguentIl s’accompagne d’un pinceau à onguent.L’onguent nourrit et hydrate le sabot en profondeur et assure une bonne protection de la corne.
Le goudronLe Goudron de Norvège est destiné à prévenir et traiter la pourriture de fourchette chez le cheval. Il est recommandé pour les soles ramollies, pour les plaies de sabot et pour prévenir la macération en conditions humides (pâtures, litières...).
Le shampoingIl existe de nombreux types de shampoings adaptés à la peau du cheval, notamment des soins spécifiques (insectifuge, antipelliculaire, spécial robes claires...).Permet de laver le cheval et de débarrasser la robe de ses pélicules ou des taches.
Le détachantPour une bonne efficacité il est généralement recommandé d’agir sur les taches (urine ou crottin) dès leur apparition.Le spray détachant permet d’éliminer les taches d’urine et de crottins.
Le lustrantLe lustrant facilite l’entretien du cheval et se révèle d’une aide précieuse en concours ou pour une présentation.Il permet de faire briller sa robe et sa crinière du cheval.
Le démêlantLes démêlants, en plus d’enlever les nœuds, font briller la robe des chevaux en lui donnant un aspect soyeux.Ils permettent de bien brosser les crins sans les arracher et facilitent également le pansage pendant quelques jours, en empêchant l’adhérence des poussières et des saletés de l’environnement.
L’huile d’amande douceElle est généralement très bien tolérée par la peau, toutefois, comme pour toutes les huiles, il faut limiter l’application sur les zones de ladre afin d’éviter les coups de soleil.Elle permet d’adoucir et faire briller la peau du cheval.

  La sélection de la boutique
Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com