Le pansage au naturel

Quizz
Les signes d’alerte
Les muqueuses sont visibles en soulevant la lèvre supérieur ?

Citation cavalire
Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent.
Voir les citations  
Coup de cur
Notice
Les dmarches officiels doivent se faire auprs de lIFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilites vous guider dans ce domaine.

Le site Au cur des chevaux a t ralis avec le plus grand soin. Si malgr la vigilance dont il a fait lobjet certaines informations taient incompltes ou errones, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
Jamais bross l’tat naturel et encore moins douch, le cheval conserve dans son pelage toutes les huiles ncessaires sa bonne isolation thermique et son impermabilit. Ses crins pais et longs le protgent des intempries et lui permettent de chasser les insectes.

Son poil est implant de faon liminer rapidement l’humidit en dirigeant le ruissellement de l’eau vers l’extrieur et vers le sol. En hiver, en plus de son long poil isolant, sa lvre suprieur se pare parfois d’une vritable moustache, qui lui permet de manger sans se piquer sur les seules plantes non recouvertes par la neige, souvent des pineux comme le houx ou le gent.

■ Les roulades

Le cheval se roule souvent dans la poussire l’t, et dans la boue l’hiver, pour parfaire encore l’isolation de son poil et lutter contre les insectes piqueurs. En effet, contrairement ce que l’on est parfois tent de penser, se rouler ne sert pas seulement au cheval faire tourner en bourrique son soigneur aprs une heure d’un pansage mticuleux. Il peut ainsi gratter les zones qu’il n’atteint que difficilement autrement, sa souplesse tant limite par rapport celle d’un chien ou d’un chat.

Se rouler lui permet aussi de scher s’il est tremp de sueur (ou aprs avoir t douch), et de se dbarrasser des poils morts et de certains parasites. C’est galement un moyen pour lui de se dtendre aprs une sance de travail... ou aprs tre rest sagement immobile pendant un long pansage.

■ Le grattage individuel

Bien que n’tant pas extrmement souple, le cheval parvient toujours se gratter l ou a le dmange. Il se roule, se frotte contre les arbres ou les cltures ou utilise ses dents et ses sabots pour atteindre les zones dlicates. Il montre alors un dextrit tonnante pour un animal de sa taille, se grattant dlicatement derrire l’oreille du bout d’un sabot expert ou arrachant le poil mort de son dos avec ses incisives.

Certes un cheval qui se gratte beaucoup peut avoir une raison prcise de le faire (prsence de parasites ou d’une maladie de peau par exemple), mais tous les chevaux se grattouillent un peu de temps en temps. Cela leur permet d’liminer les peaux mortes, les poils morts (notamment en priode de mue), d’ventuelles petites crotes, etc...

■ Le pansage mutuel

En libert, le grattage est l’une des activits favorites des quids. Comme cite prcdemment, ils se grattent tout seuls avec les dents ou un sabot, en se frottant contre un arbre ou en se roulant dans la poussire... Mais ils utilisent aussi les services de leurs congnres pour se gratter des zones difficiles d’accs. Les chevaux apprcient beaucoup ces sances de pansage mutuel, chacun grattant l’encolure et le garrot de l’autre selon un rituel bien particulier.

Deux chevaux s’approchent face face et se mettent le nez hauteur du garrot l’un de l’autre. Le cheval qui initie le grattage commence par frotter le garrot ou l’encolure du voisin avec sa lvre suprieur tendue. En gnral, l’autre cheval rpond aux sollicitations du premier et tous deux se mettent vite se panser mutuellement grand renfort de coups de dents nergiques. Il s’agit pour eux de se gratter bien sr, mais pas seulement, c’est aussi une faon de se montrer qu’on s’apprcie et de se dtendre.

Seuls des individus de rang proche et qui s’entendent bien acceptent de se gratter mutuellement. Si un cheval de rang infrieur prend parfois l’initiative de panser l’un de ses suprieurs hirarchique, c’est en gnral ce dernier qui met fin la sance quand bon lui semble. Parfois, ce qui commence comme une sance amicale dgnre et le pauvre subordonn se retrouve conduit avec morsures et hennissements.

Le pansage mutuel est galement un moyen pour l’talon de faire sa cour une jument, il lui gratte d’abord doucement l’encolure avec ses dents. Selon les ractions de la jument, il dcide ensuite de continuer son approche ou de remettre l’accouplement plus tard.

■ Le principe de l’entraide

Quand le cavalier panse son cheval, il peut arriver que ce dernier se mette frotter l’paule de son soigneur du bout de sa lvre. Cela signifie qu’il considre qu’on est en train de lui proposer une sance de grattage mutuel... on lui frotte le dos, il accepte de rendre la pareille, c’est le principe de l’entraide.

Si cette attention peut paratre flatteuse (c’est effectivement le signe que le cheval accepte l’homme comme alli), il vaut tout de mme mieux faire attention. Les grattouilles amicales entre chevaux sont parfois trs enthousiastes. Un cheval a la peau plus dure que celle de l’homme, et les coups de dents qu’il donne pour gratter peuvent parfois faire mal. Mieux vaut donc dcourager gentiment ce comportement.

Un autre mode d’entraide pour la lutte contre les insectes consiste ce que deux chevaux se placent tte bche, la tte de l’un au niveau de l’arrire main de l’autre. Les mouvements de queue de chacun chassent ainsi les mouches et les taons de la tte du voisin.

  La slection de la boutique
Rechercher
Article la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire larticle  
Vido de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ...
Voir la vido  
Arrt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir limage  
Aimer notre page Facebook
pingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affiches sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont donnes titre indicatif exclusivement. Pour plus dinformations consultez les informations lgales.
Reproduction interdite 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com