Le ferrage

Quizz
L’appareil respiratoire
Les poches gutturales constitue une partie des alvéoles pulmonaires ?

Citation cavalire
Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent.
Voir les citations  
Coup de cur
Notice
Les dmarches officiels doivent se faire auprs de lIFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilites vous guider dans ce domaine.

Le site Au cur des chevaux a t ralis avec le plus grand soin. Si malgr la vigilance dont il a fait lobjet certaines informations taient incompltes ou errones, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
Chez le cheval qui vit en libert dans le milieu naturel, l’usure de la corne compense rigoureusement la pousse de celle ci. Le pied conserve alors son quilibre morphologique. Par contre, lorsque le cheval travaille sur un sol dur, notamment sur une route, et parcourt des distances plus importantes que celles qui correspondent ses dplacements dans la nature, l’usure de la corne peut dpasser la croissance et, au bout du compte, crer des boiteries.

Quel que soit le type de ferrure, une fois pos, la corne ne s’use plus. Au bout de 40 60 jours, la surpaisseur de corne (ou avalure) dforme le pied et perturbe progressivement les aplombs (le fer commence clocher sous le pied), ce qui expose le cheval trbucher de plus en plus souvent. La rgion de la pince, use, devient coupante. Il faut alors renouveller la ferrure.

Les points les plus importants de l’entretien des pieds sont la rgularit, la frquence, la propret et l’usage de bonnes mesures correctives.

■ Le retrait du fer us

Tout soigneur devrait savoir dferrer. Il commence par couper les rivets qui, durant le brochage prcdent, ont t forms par flexion de l’extrmit de la pointe des clous. Cette coupe des rivets, indispensable, doit tre excute mthodiquement et soigneusement, en principe avec la pointe du rogne-pied et le brochoir.

A l’aide des tricoises, le soigneur procde ensuite l’avulsion du fer en effectuant des mouvements de torsion, alternativement sur ses deux branches afin de sortir progressivement les clous.

Il termine gnralement par l’avulsion de la rgion de la pince, en vitant de laisser des fragments de clou (ou souches) dans la paroi. La section soigneuse des rivets en est la meilleure prvention.

■ Le parage

Lors du parage, le marchal ferrant sectionne vue l’excdent de corne et restaure l’aplomb normal. Dans la mesure du possible, l’angle de la muraille du sabot devrait s’approcher de celui form par l’paule et le paturon, soit un angle de 45 54 degrs.

Puisque la muraille du sabot est plus troite au talon qu’ la pince, le talon s’use en premier, que le cheval soit ferr ou non. L’usure des talons dplace une part suprieure de la pression exerce sur les pieds vers les tendons du membre. En quatre six semaines, un angle de ferrage de 50 degrs peut baisser 46 ou 47 degrs. Il en rsulte une forte altration du mouvement du pied et une tension anormalement leve sur les tendons et les ligaments.

En plus de diffrer d’une race l’autre, l’aplomb des pieds montre de grandes variations entre les chevaux de la mme race. En gnral, les races de chevaux Western ont des paturons plus abrupts et forment un angle plus grand avec le plan du sol que les autres. moins que des corrections du sabot ne s’imposent comme c’est le cas du forger et du croiser, le parage doit garder au pied son angle naturel, car tout changement d’angle crerait un stress anormal sur une rgion ou une autre de la colonne osseuse du membre.

Bien qu’il ne soit pas ncessaire de l’effectuer aussi frquemment que le nettoyage, le parage du sabot revt une grande importance. L’intervalle normal entre les parages est de quatre semaines environ pour des chevaux gards en stalle ou en enclos. Par contre, les chevaux fournissant un travail intensif ou gards au pturage ne requirent un parage qu’aux six semaines environ.

La plupart des soigneurs devraient tre en mesure d’effectuer le nettoyage, le dferrage et le parage des pieds avant l’arrive du marchal ferrant.

On doit tout d’abord s’assurer que la base du pied puisse se poser d’aplomb au sol et que les parois intrieures et extrieures du sabot soient gardes de la mme longueur. La hauteur normale de la face antrieure du sabot et du paturon est de 7,5 centimres (3 pouces), celle du quartier, de 5 centimtres (2 pouces), et celle du talon, de 2,5 centimtres (1 pouce).

Avec des tenailles coupantes, on retranche d’abord de la muraille du sabot la corne superflue. Ensuite, on adoucit et on galise la base du pied l’aide d’une rpe. Il faut s’assurer que chaque coup de rpe soit amorc au talon et dirig vers la pince pour viter la cration de rugosits sous la muraille.

La ligne blanche visible sous le sabot constitue la marque externe du tissu podophylleux ou feuillet compris entre la muraille et l’os du pied (troisime phalange). Normalement, la sole a une paisseur uniforme sur toute la surface du pied. De ce fait, il faut parer la sole de faon lui garder sa forme naturelle, car un parage trop prononc pourrait rsulter en un amincissement et une sensibilit extrmes de certaines parties. Le parage de la sole vise maintenir la pression sur la muraille du sabot plutt que sur les parties sensibles situes au centre du pied. Il faut enlever de la sole tous les tissus morts et caills, mais pargner ceux vivants, identifiables leur lasticit.

Ne pas tailler la fourchette l’excs, elle doit toucher le sol chaque pas. En fait, la taille se rsume au retrait des tissus morts et au maintien d’une rainure adquate et uniforme le long de la ligne sparant la sole et la fourchette.

Aprs le rpage de la surface d’appui en un plan uniforme et de longueur convenable, il faut arrondir le rebord de la muraille si le cheval n’est pas ferr de nouveau. Cette opration empche l’clatement et l’caillement de la corne du pied heurtant les pierres, les souches ou d’autres obstacles.

■ Le parage de correction

Les dfauts d’aplomb les plus frquents des membres antrieurs et postrieurs se traduisent par des chevaux dits cagneux (pieds tourns vers l’intrieur) ou panards (pieds tourns vers l’extrieur). Les autres dfauts de conformation qu’amliore le parage sont les talons hauts, les genoux argus ou brassicourts, les genoux effacs ou creux, les jarrets couds et de lgres dviations de l’os du canon. Un parage soign peut aussi corriger quelques vices d’allure tels que ceux manifests par les chevaux qui forgent, croisent, butent et effleurent.

■ Le ferrage

Lors du ferrage, le marchal ferrant doit ajuster et porter le fer. Il choisit le fer, corrige approximativement la tournure et donne l’ajusture. Le fer est lors port (c’est--dire plac sur le sabot) froid (technique anglaise) et chaud (technique franaise). Le marchal peut ensuite corriger sa forme et, ventuellement, niveler la sole la rpe.

Lors du brochage et du rivetage, les clous sont placs un un dans les tampures, grain d’orge vers le centre du pied, et enfoncs au brochoir de faon ce que la lame ressorte au niveau du tiers infrieur de la hauteur de la paroi (brochage).

Pour former les rivets, on creuse une logette sous chaque pointe de clou. Les pointes sont alors tordues vers la bas, l’excdent de mtal tant coup la tricoise. Ensuite, le marchal enserre le reste de lame dans la logette, en frappant sur la tte du clou avec le brochoir, tout en maintenant le dos du rogne-pied en contre appui, au niveau du rivet.

Une bonne fixation se caractrise par l’absence de jeu entre fer et sole, et par des rivets placs tous la mme hauteur sur la paroi du sabot.

L’apparition de boiteries exige le dferrage immdiat du cheval et la recherche de la cause de l’accident comme l’enclouure (prsence d’un clou dans la partie vive du pied) brlure de la sole, excs de parage, resserrement du pied par un fer mal adapt. Lors de certains accidents de marchalerie on fait intervenir rapidement un vtrinaire qui, seuil, peut limiter les complications.

■ La ferrure provisoire

Les randonneurs doivent savoir appliquer une ferrure provisoire un cheval dferr, s’ils veulent terminer l’tape sans accident.

On peut remplacer le fer en le fixant simplement avec six clous repassant par les anciens orifices. Il faut alors laisser les pointes assez longues pour former des crochets efficaces, plus faciles facile raliser que des rivets. Si le fer est perdu, on peut utiliser un fer tous pieds , form de deux branches articules.

On peut aussi, en l’absence de tout matriel, confectionner une hipposandale de fortune avec une plaque quelconque de mtal couvrant la sole, assujettie par un ruban adhsif (chatterton ou sparadrap). Le cheval est alors conduit en main l’tape suivante, ou mieux directement chez le marchal ferrant.

  La slection de la boutique
Rechercher
Article la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire larticle  
Vido de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ...
Voir la vido  
Arrt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir limage  
Aimer notre page Facebook
pingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affiches sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont donnes titre indicatif exclusivement. Pour plus dinformations consultez les informations lgales.
Reproduction interdite 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com