Les parasites

Quizz
Le dressage
L’utilisation de la gourmette et de la contre gourmette ne sont pas autorisés en compétition de dressage ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
Certaines conditions de vie favorisent une forte infestation. Les chevaux vivant ensemble au pré subissent une forte pression parasitaire car ils ingèrent les oeufs et les larves excrétés par les uns et les autres sur le sol, et ce d’autant plus que l’herbe est rase. Même chose pour les chevaux logés au box et sortis au paddock. Les paddocks sont généralement utilisés pour l’ensemble de l’écurie, tout au long de l’année, les chevaux y ingèrent donc les oeufs et les larves déposées par leurs compagnons d’écurie.

■ Les strongles

Ce sont des vers ronds, gris ou rouge foncé, dont on distingue deux groupes les grands strongles mesurent 3 à 5 centimètres et les petits strongles (dont il existe des dizaines d’epèces) mesurent moins de 2 centimètres et ne sont parfois détectables qu’à l’examen microscopique.

Ils sont à l’origine de troubles souvent graves comme une maigreur anormales, une anémie, des diarrhées, des coliques, voire des ruptures d’anévrisme. Très fréquents chez le cheval adulte, ce sont les plus dangereux.

Les petits strongles (ou cyathostomes) représentent les parasites intestinaux les plus fréquemment en cause dans les troubles digestifs des chevaux. Les parasites adultes, vivent dans la lumière du gros intestin, consomment en partie les produits de la digestion et prélèvent également du sang sur la muqueuse, pouvant favoriser l’apparition d’une anémie. Mais les formes les plus pathogènes sont les larves, qui s’enkystent dans la muqueuse du gros intestin dont elles perturbent le fonctionnement avec pour conséquence de l’amaigrissement, des oedèmes, des coliques récurrentes. Certaines larves rentrent en dormance l’hiver: ce phénomène s’appelle l’ « hypobiose » et les elles sont alors peu sensibles aux vermifuges. Lorsque les larves se réactivent au printemps et migrent vers la lumière intestinale en muant, elles peuvent entraîner des symptômes aigus parfois sévères (coliques, diarrhée, fièvre).

Les grands strongles sont ces vers ronds de quelques millimètres dont les adultes vivent dans la lumière du gros intestin, ont un cycle larvaire long et complexe incluant des migrations à la surface du foie, du pancréas, ou dans les parois artérielles digestives. Ils peuvent être responsables de graves coliques dite « thrombo-emboliques » souvent mortelles, lorsque la circulation sanguine est interrompue dans les artères parasitées. Heureusement, la présence de grands strongles est devenue rare chez le cheval suite à la généralisation de l’utilisation des vermifuges.

■ Les ascaris

Les ascaris sont de volumineux vers ronds, blanc jaune et longs (l’adulte mesure une vingtaine de centimètres). Particulièrement présents chez le poulain et le jeune cheval, ils peuvent vivre en grande quantité dans l’intestin grêle.

Ils provoquent une baisse d’état accompagnée éventuellement d’un poil terne ou piqué, et peuvent être à l’origine de coliques d’obstruction et de bronchites.

Particulièrement fréquents et dangereux chez les poulains, dont ils peuvent perturber gravement la croissance. Par ailleurs, lors d’infestation massive sur un poulain, peu ou mal vermifugé précédemment, le traitement et la libération brutale d’un grand nombre de parasites morts peuvent entraîner une obstruction intestinale potentiellement mortelle.

■ Les oxyures

Ce sont des vers blanchâtres, long de 1 à 10 centimètres, avec une queue effilée. Les adultes vivent dans le gros intestin (colon), les femelles pondent des oeufs qui sont englués dans un gel et « collés » autour de l’anus. Ce gel provoque des démangeaisons, les chevaux se grattent alors la queue contre les murs ou les mangeoires, ce qui y dépose les oeufs. Les chevaux ingèrent directement les oeufs, qui se transforment en larves qui rejoignent le colon où elles évoluent en adultes, sans migration. Le cycle dure 5 mois.

L’infestation est plus fréquente chez les chevaux vivant en box. L’infestation par les oxyures se remarque par l’aspect ébouriffé des crins de la queue, dû au grattage. Les œufs dans leur « gelée » sont également visibles autour de l’anus.

■ Les gatérophiles

Les gatérophiles sont des mouches qui ressemblent à un bourdon. Très actives l’été, et très agaçantes pour les chevaux, elles déposent des oeufs jaunes sur le corps du cheval, surtout sur les membres. Ces oeufs sont ingérés par le cheval par léchage, se transforment en larves qui vont se fixer dans l’estomac.

Ces larves de gastérophiles sont rouges, mesurent 1 à 2 centimètres, et présentent des anneaux sur le corps. En cas d’infestation massive, elles peuvent être à l’origine d’irritations de l’estomac, de coliques, de distenstion stomacale, et à l’extrème, de rupture de l’estomac.

■ Les ténias ou cestodes

Il existe trois espèces de ténias qui peuvent parasiter les équidés, l’Anoplocephala perfoliata (la plus fréquente), le Paranoplocephala mamillana et l’Anoplocephala magna.

Les adultes sont des vers plats formés de nombreux anneaux, mesurant 0,5 à 1 centimètres de large sur 1 à 8 centimètres de long (pour les deux premiers) et jusqu’à 80 centimètres de long (pour le dernier).

L’Anoplocephala magna et le Paranoplocephala mamillana vivent dans l’intestin grêle alors que l’Anoplocephala perfoliata, espèce de loin la plus fréquente, est présente dans le gros intestin. Son extrémité antérieure est pourvue de grosses ventouses lui permettant de se fixer à la paroi, principalement sur la valvule iléo-caecale (orifice de communication entre le cæcum et le colon).

La reproduction est de type hermaphrodite, les anneaux postérieurs renferment les œufs. Ils peuvent éclater et libérer les œufs dans les crottins, mais les anneaux peuvent également se détacher et être éliminés entiers. La présence d’œufs dans les crottins est irrégulière, c’est pourquoi le dépistage par coproscopie peut donner des résultats faussement négatifs. Ces examens doivent donc être répétés ou réalisés à l’échelle d’un lot de chevaux.

Les œufs ainsi libérés dans les crottins sont ingérés par de petits acariens de 1,5 millimètre de long, vivant dans les pâturages et se nourrissant de déchets organiques, des Oribatidés. Les œufs éclosent et évoluent en larves dans l’organisme de l’acarien, où elles vivent aussi longtemps que lui. L’ingestion de l’acarien avec l’herbe provoque l’infestation du cheval. Les larves restent dans la lumière du tube digestif, et évoluent en adultes en 6 à 10 semaines.

Les Oribatidés ne vivant pas dans la litière des box, les chevaux entretenus en permanence à l’écurie n’ont que peu de risques d’infestation par les ténias.

Les conséquences de l’infestation par les ténias sont fonction du nombre de parasites. Au delà de 100 ténias, les risques de coliques dues à une irritation voire une obstruction de la valvule iléo-coecale sont importants. Actuellement, seules deux molécules sont indiquées pour le traitement de l’infestation par les cestodes chez le cheval. Le praziquantel (qui n’est pas efficace contre les autres parasites), et le pyrantel à la dose double de celle active contre les vers ronds, mais son efficacité n’est pas totale (60 à 70% des cestodes sont éliminés).

■ Les parasites dans le système digestif du cheval

  La sélection de la boutique
Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com