L’administration de médicaments

Quizz
Le paddock de détente
Si un cheval n’a pas été lâché depuis longtemps, il faut le faire marcher en main pendant une demi heure pour le détendre ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
L’administration des médicaments chez le cheval fait suite à une prescription vétérinaire informant des effets indésirables possibles ainsi que la réglementation sur les délais pour le dopage. En effet, toute administration de médicaments repose sur une réglementation et peut entraîner des résultats positifs lors de contrôle antidopage.

Il est indispensable d’avoir les compétences requises pour administrer un médicaments à un cheval, dans le cas contraire on doit absolument faire appel à un professionnel.

■ Les injections

L’aseptie est la règle commune à toutes les injections (propreté du flacon à ponctionner et seringues et aiguilles stériles à usage unique). L’opérateur aura les mains propres. Les produits seront utilisés selon les indications du laboratoire (conservation, dates de péremption).

Pour la sécurité du cheval et des intervenants, les règles de la contention s’appliquent pour les injections comme mettre un licol, une longe, rester au box, faire tenir la tête et mettre un tord-nez si besoin.

Avant l’injection, la peau est nettoyée, passé à l’alcool. Le cheval est averti par contact de la main près du site d’injection. L’aiguille est doucement introduite jusqu’à la garde.

■ L’injection sous cutanée

La peau est pincée entre le pouce et l’index pour être soulevée de quelques millimètres. L’aiguille est alors implantée parallèlement à la surface du corps dans le pli ainsi formé (sans le traverser).

Le lieu choisi est généralement le plat de l’encolure ou la région des pectoraux.

La peau gonfle au site d’injection (sur l’encolure devant l’épaule).

■ L’injection intramusculaire

Selon les sites (bas de l’encolure dans le triangle devant la scapula, croupe dans le fessiers, cuisse, poitrail dans l’ars, membres au dessus du coude ou le bas de la fesse).

Les produits administrés et la répétition des injections, des réactions voire abcès sont possibles. L’injection est pratiquée aiguille démontée.

L’absence de sang sera confirmée par aspiration avant injection (30 ml maximum par point). Les hématomes ou inflammations se résorbent assez bien spontanément.

■ L’injection intraveineuse

Réservée aux personnes expérimentés exclusivement car ils y a des risques importants (injection intra-artérielle ou périveineuse).

Généralement réalisée dans une veine jugulaire, l’injection ne sera pas tentée si la veine n’est pas identifiable après compression.

■ L’injection intra-péritonéale

Cette injection est strictement réservée au vétérinaire.

■ L’injection intra-mammaire

Elle se fait sans aiguille et après la totale vidange et le nettoyage de la mamelle. Nettoyer l’extrémité du trayon avec un coton imbibé d’antiseptique puis introduire l’embout de la seringue dans l’un des deux orifices de chaque trayon si les deux quartiers d’une mamelle sont à traiter. Remonter le produit en massant du bas vers le haut.

■ L’administration par voie orale

Les présentations pour administration orale sont variées... Pâte, poudre, sirop, comprimés et granulés.

Les pâtes orales sont désormais faciles à utiliser. L’adjonction de confiture ou de miel peut être utile pour l’administration des autres formes.

En cas d’ajout du produit à la ration, la mangeoire devra être vérifiée pour s’assurer de la prise et éviter tout surdosage ultérieur.

Vus les risque de dopage, les chevaux ne doivent pas changer de box et les mangeoires être nettoyées après chaque traitement.

La réalisation de sondage naso-gastrique est réservé au vétérinaire.

■ L’administration par voie rectale

La voie rectale n’est guère utilisée que chez le poulain lors de rétention de méconium pour la réalisation de lavements à l’eau savonneuse avec une sonde souple et à bout mousse.

■ L’application locale

Il est important de se rappeler qu’un médicament, même appliqué localement, peut se retrouver dans le sang ou dans l’urine lors d’un contrôle antidopage.

Avant toute application locale, la peau est nettoyée, les poils sont tondus ou rasés. L’intégrité de l’épiderme doit être vérifié avant le traitement et le temps d’application doit être respecté et contrôlé.

Dans l’œil, les gouttes de collyre ou les pommades doivent être déposées dans l’angle inférieur et un massage de la cornée avec la paupière permet leur étalement.

  La sélection de la boutique
Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com