Les sens

Quizz
La ligne du dessus
En début de puberté la croissance est bien plus rapide au niveau des membres postérieurs ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
Le sens des chevaux sont particulièrement développées. Très sensibles au touché, les chevaux sentent une mouchette sur leur poil. Ils ont l’ouïe très fine, le goût et l’odorant très développés.

■ Le sens de la vue

La vue est très différente de la notre car leurs yeux, situés de part et d’autre, englobent un champ de vision de presque 360 degré avec seulement un angle mort infime devant et derrière. Ils compensent cet angle mort en tournant continuellement la tête de gauche à droite. C’est pourquoi les chevaux ne marchent pas droit. Leur vision nocturne est bien supérieur à la notre mais ils ont du mal à s’adapter aux variations brusques de lumière. Le cheval curieux ou inquiet de quelque chose focalise sur cette chose en utilisant sa vision binoculaire. Autrement, chaque œil couvre un champ qui lui est propre.

Dans ces conditions, la vision binoculaire, qui permet l’appréciation des formes et des dimensions des objets, est très limitée et n’intéresse que la zone de progression du cheval, ce qui permet toutefois d’évaluer les obstacles.

Le cheval ne perçoit probablement pas les objets fixes ou immobiles. En revanche, tout changement affectant le contenu de son champ visuel, tout mouvement l’alertent. Le contraste optique de l’objet en mouvement par rapport à l’environnement joue un très grand rôle. Ainsi un cheval manifeste-t-il de l’inquiétude en voyant s’approcher un homme vêtu de vêtements clairs, par exemple, d’une blouse blanche, alors qu’il reste indifférent au même individu habillé de vêtement ne créant aucun contraste avec le milieu ambiant.

Sa vue est donc remarquablement bien organisée pour assurer une fonction d’alarme et déclencher la mise en jeu des réactions de fuite. Elle lui sert aussi, durant la progression, à apprécier les obstacles se présentant sur son trajet. Chez le sujet nerveux et difficile à conduire, la restriction du champ visuel à la zone de vision binoculaire, au moyen d’œillères, est une méthode très efficace pour calmer l’animal. De même chez un sujet rétif qui refuse, par exemple, de rentrer dans un local inconnu ou de monter dans un van peut être tranquillisé si on l’empêche de voir au moyen d’une capote placée sur la tête.

■ Le sens du goût

Le sens du goût donne la perception des saveurs. Son siège est dans la bouche, et, de toutes les régions de celle cavité, la partie supérieure de la langue est la plus sensible.

Le goût semble jouer un très grand rôle dans l’équilibre instinctif du milieu intérieur, en particulier dans la recherche du sodium (goût salé), indispensable à l’équilibre de l’eau et des sels minéraux. Un cheval carencé en sodium ou en calcium présente des comportements de léchage, d’absorption de terre ou de tout ce qui a goût de sel.

En revanche, certaines saveurs perçues comme amères détourne l’animal des aliments ou des eaux de boisson, mais la soif très vive qui fait suite à un travail supprime cet instinct de préservation, et, dans la nature, en promenade, le cheval peut boire, par exemple dans des mares, des eaux non potables dont il se détournerait normalement.

■ Le sens de l’odorat

L’odorat, ou olfaction, fait connaître les odeurs. Son, siège est dans les cavités nasales, et la pituitaire qui le tapisse en constitue la partie fondamentale. L’olfaction est probablement le sens qui joue le plus grand rôle dans la vie d’un cheval.

L’examen des odeurs permet à l’animal de procéder à l’investigation du milieu qui l’entoure, de choisir ses aliments ou son eau de boisson, de reconnaître ses congénères ou son cavalier et de percevoir leur état affectif.

Le cheval peut bouder un aliment de parfaite qualité, mais qui possède une odeur désagréable, il en va de même pour l’eau. Il reste inquiet dans un box nouveau qui conserve l’odeur d’un précédent congénère, alors qu’il accepte facilement d’y loger si une puissante désinfection lui masque les marques odorantes de son prédécesseur.

L’odeur de son soigneur ou de son cavalier peut modifier son état psychique en fonction de l’état émotif de l’homme. Si celui ci est anxieux, le cheval s’agite. S’il a peur, le cheval va probablement chercher à le dominer. En revanche s’il est détendu, calme, s’il se laisse flairer le poignet ou l’avant bras par le cheval, celui ci se rassure et s’apaise.

Le cheval domestiques est un animal inquiet, mais sans intention agressive envers l’homme, il cherche en celui ci tous les signes qui l’autorise à se détendre. En laissant faire le cheval sans impatience et sans crainte, on obtient généralement un calme qu’aucun moyen coercitif ne saurait assurer. Tout au plus, surtout avec les entiers, il faut faire attention au mordillement joueur et taquin qui peut conclure la rassurance. Il est facile de l’éviter en entreprenant de flatter l’animal dès que son faciès exprime la détente, sans attendre qu’il témoigne son affection par une morsure.

■ Le sens de l’ouïe

L’ouïe déclenche des réactions d’alarme si le cheval est alerté par un bruit discret et furtif ou par certains hennissements de ses congénères, il peut, en revanche, rester totalement indifférent au tumulte de l’hippodrome ou aux exclamations des spectateurs d’un concours hippique, car, dans ces situations, il est en plein effort et la pulsion de fuite intervient.

L’ouïe constitue aussi un moyen de se rassurer, le cheval se calme à l’audition des hennissements de sécurisation d’un compagnon d’écurie, comme le poulain qui entend sa mère. La voix de l’homme à le même effet, on peut apaiser un cheval qui s’affole en lui parlant, ou même en criant si son agitation devient dangereuse. De même il faut toujours parler à un cheval avant de l’aborder afin d’éviter de le surprendre, ce qui pourrait entraîner des réactions dangereuses.

■ Le sens du toucher

Le toucher est le sens qui permet aux chevaux de percevoir les impressions produites sur la peau par les agents extérieurs. La peau entière est sensible, mais le véritable siège de ce sens est au bout du nez et au pied.

La sensibilité du bout du nez et des lèvres permet à l’animal le choix des aliments. La sensibilité de ses pieds lui fait reconnaître la nature du sol sur lequel il progresse. Toute la surface de la peau possède une sensibilité tactile très fine. De ce fait, le cheval exprime facilement des réactions de douleur, en particulier au piqûres d’insectes (la présence d’un taon peut provoquer un véritable état de panique).

La perception douloureuse est aussi en relation avec l’effet de surprise de l’animal c’est ainsi que, pour empêcher tout sursaut et toute agitation quand on procède à une piqûre, il suffit bien souvent d’implanter l’aiguille après avoir tapoté ou pincé la région concernée pour supprimer toute réaction dangeureuse de défense. Plus on manipule un cheval pour le préparer au soins, moins on observe de réactions de sa part.

La sensibilité tactile de la bouche et des flancs permet l’utilisation des aides par le cavalier ou le conducteur. Il faut éviter de faire souffrir le cheval lors de l’emploi de ces aides, sinon on peut provoquer une perte de maniabilité et l’installation d’un comportement dominé par la rétivité. Cette dernière indique souvent que l’animal souffre durant son utilisation. Il y a donc lieu de rechercher la cause de cette souffrance.

  La sélection de la boutique
Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com