Le squelette

Quizz
Les courses hippiques
La mise en souffle du trotteur est plus poussée que celle du galopeur ?

Citation cavalire
Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent.
Voir les citations  
Coup de cur
Notice
Les dmarches officiels doivent se faire auprs de lIFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilites vous guider dans ce domaine.

Le site Au cur des chevaux a t ralis avec le plus grand soin. Si malgr la vigilance dont il a fait lobjet certaines informations taient incompltes ou errones, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
L’os est un lment rigide form de traves de protines fibreuses inextensibles (collagne), rendu rigide par des cristaux de phosphate de calcium. Le collagne transmet passivement les forces mcaniques de traction et les cristaux de phosphate de calcium propagent les forces de compression au sein de l’os.

Structure vivante, organise autour de vaisseaux sanguins qui le parcourent, le tissu osseux est perptuellement remani sous l’action des mtabolismes de ses cellules. Ces remaniements remodlent en permanence chaque pice osseuse selon les forces mcaniques subies. Si l’os reoit des forces progressivement croissantes, il se renforce. En revanche, s’il subit une force que sa structure est incapable de supporter, il se disloque (fracture).

La rsistance mcanique de l’os varie cependant beaucoup avec la direction d’application de la force anormale dveloppe durant un accident. L’os est capable de supporter des efforts considrables dans l’axe de ses fibres collagnes ; par contre, il se disloque facilement si la force est applique perpendiculairement cet axe.

■ Les protines et les minraux

L’os constitue le rservoir de calcium de l’organisme. Lorsqu’une alimentation dfectueuse apporte une quantit insuffisante de calcium, ou que le rapport entre les phosphates et le calcium est anormal, ou lorsqu’il existe une anomalie du fonctionnement des glandes endocrines, l’organisme peut prsenter un dficit en calcium et le compenser par un prlvement sur son rservoir osseux. Le tissu osseux devient donc plus fragile, plus sensible aux traumatismes accidentels ou sportifs. L’excs de grains d’avoine ou d’orge dans la ration du cheval (suralimentation des jeunes chevaux destine accrotre les performances), du fait de la prsence d’une substance (acide phytique), qui empche l’absorption intestinale du calcium, peut entraner une fragilisation de l’os.

L’absorption du calcium au niveau de l’intestin est facilite par une vitamine soluble dans les lipides (vitamine D3). Normalement, les mammifres synthtisent cette vitamine au niveau des graisses qui imprgnent les poils de leur toison, sous l’effet des rayons ultraviolets de la lumire solaire, et l’absorbent en se lchant, ou en lchant un congnre. Les chevaux sont malheureusement trs frquemment entretenus toute la journe en curie, souvent dans des box sombres o arrive insuffisamment la lumire solaire. De ce fait, l’apport naturel de vitamine D3 est insuffisant pour assurer une absorption normale du calcium, il faut donc en apporter dans la ration alimentaire. Mais il faut savoir qu’un excs de vitamine D peut fragiliser l’os en accroissant la rsorption du calcium partir des tissus squelettiques et en favorisant l’limination de ses sels. L’abus des thrapeutiques base de vitamines peut donc avoir un effet contraire celui qui tait recherch.

■ Le cartilage

Les mouvements ncessitent l’existence de structures dformables (articulations) au niveau de zones o se runissent les os. Anatomiquement, les articulations sont trs complexes. Les pices osseuses sont encapuchonnes par un tissu lastique : le cartilage.

Entre les cartilages des piphyses osseuses s’interpose une cavit remplie d’un liquide trs visqueux : la synovie. Cette cavit est limite par une capsule conjonctive qui empche l’coulement de la synovie et qui est parcourue par des structures fibreuses de collagne inextensible (ligaments).

Lors de la transmission des forces dveloppes dans la station et la locomotion, deux systmes interviennent diffremment. Dans le cas des forces de compression, c’est--dire quand les pices osseuses tendent se rapprocher, les forces transitent par les cartilages articulaires et la synovie. Dans le cas des forces de traction, c’est--dire quand les pices osseuses tendent s’loigner, les forces sont transmises par les ligaments.

Quand les cartilages se dplacent l’un par rapport l’autre durant un mouvement, la synovie joue le rle de lubrifiant et empche qu’il y ait un frottement direct des deux cartilages entre eux, ce qui provoquerait un grippage et une destruction partielle. Enfin, au niveau de l’articulation durant les grandes allures, une partie de l’nergie mcanique est dgrade sous forme de chaleur. Les tissus articulaires s’chauffent. La synovie sert vacuer cet excdent thermique, grce la capsule conjonctive, fortement irrigue par le sang, qui assure le refroidissement articulaire. Les variations du dbit sanguin dans la capsule conjonctive, selon le travail demand, sont troitement contrles par le systme nerveux. Si le contrle se fait mal et si l’articulation tend s’chauffer, il y a apparition de douleurs qui font boiter l’animal, surtout au dbut de la mise en marche (boiterie intermittente froid, considre comme un vice rdhibitoire).

La complexit du systme articulaire rend l’articulation trs vulnrable. Un effort excessif de compression peut entraner une dislocation des cartilages et de l’os sous-jacent ; ce type d’accident s’observe trs frquemment au niveau du boulet du cheval et entrane une fracture de la premire phalange. Si la synovie subit des modifications de viscosit qui lui font perdre son rle de lubrifiant et permettent des transferts brutaux des pressions hydrostatiques vers la capsule articulaire, il y a des distensions douloureuses (inflammations articulaires ou arthrites).

Les cartilages articulaires, tissus trs fragiles, se remplaant mal, peuvent tre soumis une usure mcanique qui entrane la dchance de l’articulation (arthrose). Si, la suite de mouvements excdant les limites physiologiques de l’articulation, les ligaments, qui sont totalement inextensibles, sont surchargs, ils se rompent partiellement ou compltement, provoquant une entorse. Les boulets antrieurs du cheval par o transitent toutes les forces mcaniques durant la course sont particulirement exposs ce genre d’accidents.

■ Les tendons

Pour transmettre les forces mcaniques dveloppes par les muscles, les tendons doivent pouvoir coulisser au niveau des articulations.

Ce coulissement est assur par l’intermdiaire de synoviales tendineuses de formes diverses qui assurent la lubrification.

Toute altration pathologique de ces synoviales tendineuses peut entraner des perturbations de la locomotion et se traduire par des boiteries alinant les performances.

■ Le systme nerveux

Les Muscles, les articulations et les tendons sont anims par les influx du systme nerveux. Si l’on sectionne le nerf qui se rend un muscle, celui-ci devient inerte, puis dgnre, c’est--dire qu’il perd ses structures contractiles et se transforme en un massif conjonctif fibreux.

On distingue deux types de contrle nerveux, l’un command par la moelle pinire et la base du cerveau, l’autre par le cortex crbral.

■ La moelle pinire

Au niveau de la moelle pinire, des nerfs coordonnent l’ordre des contractions des diffrents muscles. L’amplitude des mouvements est rgle par des centres qui se trouvent la base du cerveau.

Dans cette rgion se situent aussi les structures nerveuses qui assurent l’quilibre en station, ou dfinissent les allures.

Il s’agit de rflexes, c’est--dire d’automatismes, qui se mettent en place chez le cheval ds la vie fœtale, puisque le foal (poulain de moins d’un an) peut se lever et marcher dans les minutes qui suivent sa naissance.

■ Le cortex crbral

Le cheval peut aussi effectuer des mouvements qui ne sont pas programms par son patrimoine gntique. Cet apprentissage est li au dveloppement du cortex crbral.

Il peut dbuter trs tt chez le foal au travers de jeux qui lui permettent, en outre, de parfaire la coordination des mouvements inns. Cette acquisition peut tre contrle par l’homme qui peut ainsi duquer le cheval. L’quitation acadmique, tout comme l’entranement au trot de course, fait appel cette possibilit d’acquisition par le cerveau du cheval de mouvements indits ou de la rgularit dans une allure donne. Il ne s’agit toutefois que d’exercer des contrles nouveaux sur des mouvements gntiquement pr-acquis.

L’ducation d’un cheval n’est donc que l’exploitation d’une capacit inne, soit par le renforcement de cette capacit, soit par la diminution d’une de ses composantes (la croupade, par exemple, drive de la ruade en tant que figure d’cole). L’amble, allure normale chez les trotteurs, accepte dans les courses amricaines, mais considre comme une faute en Europe, doit tre inhibe chez le trotteur europen.

Si l’entranement a pour objet l’augmentation de la rsistance physique l’effort de l’animal, l’ducation (ou ce que certains appellent le dressage) a pour objectif la cration de comportements permettant l’expression correcte des gestes ncessaires la discipline sportive recherche. Elle ncessite une activit nerveuse cohrente, autant dire qu’il faut que le cheval comprenne ce qu’on lui demande.

Si l’entranement repose sur une exigence quantitative de travail physique, l’ducation repose sur une exigence qualitative, et sur la prise en compte des aptitudes de chaque individualit quine acqurir un comportement nouveau. L’entranement suppose une progression rgulire de la quantit de travail effectu par l’animal, l’ducation, la continuit dans l’acquisition de possibilits gestuelles nouvelles, dans un ordre cohrent et constant, tel que chaque sance de travail renforce l’acquis des sances prcdentes et n’ajoute, cet acquis, que la quantit de connaissances nouvelles mmorisables par le sujet.

  La slection de la boutique
Rechercher
Article la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire larticle  
Vido de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ...
Voir la vido  
Arrt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir limage  
Aimer notre page Facebook
pingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affiches sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont donnes titre indicatif exclusivement. Pour plus dinformations consultez les informations lgales.
Reproduction interdite 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com