Le paraéquestre

Quizz
La tête
Le cheval a une vision semblable à celle de l’homme ?

Citation cavalière
« Vivre avec les chevaux c’est être connecté au présent. »
Voir les citations  
Coup de cœur
Notice
Les démarches officiels doivent se faire auprès de l’IFCE , la FFE et les Haras Nationaux , elles seules sont habilitées à vous guider dans ce domaine.

Le site « Au cœur des chevaux » a été réalisé avec le plus grand soin. Si malgré la vigilance dont il a fait l’objet certaines informations étaient incomplètes ou erronées, nous vous serions reconnaissant de nous contacter.
Originellement à l’initiative des médecins, des kinésithérapeutes, d’éducateurs spécialisés pratiquant l’équitation, le cheval est devenu un moyen pour la rééducation des handicapés. Il permet aux malades atteints de handicaps physiques ou sensoriels de retrouver un sens de l’équilibre, une meilleure coordination gestuelle et d’acquérir une décontraction physique. La nécessité de conserver un équilibre dynamique durant la marche du cheval oblige l’organisme à réutiliser tout son capital neuromusculaire. Sous le contrôle d’un personnel spécialement formé, l’équitation favorise donc la réinsertion des personnes souffrant d’un handicap.

■ La mise en selle

On met en selle les personnes ayant un handicap physique sur des chevaux calmes et de bonne volonté. Le rééducateur conduit alors chaque cheval à la longe et au pas, en veillant bien aux réactions du malade.

Les personnes non voyantes ou malvoyantes peuvent pratiquer l’équitation sous le contrôle d’un éducateur sportif sachant parfaitement les diriger à la voix. Dans ces conditions, avec des chevaux bien dressés, ils peuvent même apprendre à sauter des obstacles en manège. L’équitation peut apporter aux personnes souffrants d’un handicap, un surcroît de confiance et une meilleure maîtrise lors de leurs déplacements.

Les handicapés mentaux recherchent souvent un contact physique avec les animaux. Le fait de pouvoir caresser un animal de grande taille comme le cheval, doux et paisible, a un effet sécurisant. Pour les handicapés mentaux légers, tout comme pour des enfants hyperactifs, par exemple, l’équitation peut favoriser l’insertion sociale. Les leçons sont de courtes reprises, effectuées dans un club hippique normal, avec la sellerie habituelle. L’éducateur sportif spécialisé en équitation peut les diriger normalement, à condition de simplifier son vocabulaire. Le contact avec des chevaux, contrôlé par un thérapeute connaissant l’équitation, peut être bénéfique pour les handicapés mentaux très déficients et les sort de leur isolement affectif.

■ La compétition

Le cavalier doit se rapprocher d’un centre équestre de sa région qui pratique déjà des activités de compétition dans la discipline choisie. En fonction de la nature des handicaps, il sera plus facile de s’adresser à un centre équestre labellisé par la Fédération Française d’équitation , le label « Equihandi moteur et sensoriel » garantit des installations et du matériel spécifiquement adaptés.

Pour intégrer les circuits nationaux et internationaux, le cavalier doit tout d’abord prendre contact avec le référent du concours de saut d’obstacles ou ou dressage de l’association. Le cavalier doit ensuite détenir une licence « FFH » et une licence Fédération Française d’équitation de compétition. Il doit également pouvoir disposer d’un cheval et être en mesure de le transporter vers les différents lieux de compétitions et de stages. Il doit enfin avoir un certain niveau d’autonomie bien qu’il puisse se faire accompagner lors de ces déplacements. L’Handi Equi’Compet apporte une aide financière importante afin de rendre la compétition de bon et haut niveau accessible.

Les cavaliers sont classés en quatre catégories :
  • Le grade I › Un cavalier est de grade I s’il à soit une déficience au niveau de l’équilibre du tronc, soit une motricité limitée des bras et des jambes. Les athlètes de cette catégorie utilisent en général un fauteuil roulant.
  • Le grade II › Un cavalier est de grade II s’il à soit un handicap grave au niveau de l’équilibre du tronc soit un handicap unilatéral grave. Les athlètes de cette catégorie utilisent en général un fauteuil roulant.
  • Le grade III › Un cavalier est de grade III s’il est hémiplégiques avec un handicap moyen des deux bras et jambes ou un grave handicap des bras. Entre aussi dans cette catégorie les personnes aveugles ou sourdes. Les athlètes de cette catégorie peuvent marcher.
  • Le grade IV › Un cavalier est de grade IV s’il est handicapé d’un ou deux membres ou déficients visuels.
La possession d’une double licence de compétition est obligatoire car elle garantit l’éligibilité des cavaliers à ces circuits spécifiques.

Rechercher
Article à la une
En 1911 ou 1912, un poulain blanc allait devenir le fondateur d’une race de chevaux... Le Camarilo White
Lire l’article  
Vidéo de la semaine
Chaque cheval est unique et peut être identifié grâce à ses ...
Voir la vidéo  
Arrêt sur image
La tête d’un Caspien...
Voir l’image  
Aimer notre page Facebook
Épingles sur Pinterest
Laisser un commentaire

Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement. Pour plus d’informations consultez les informations légales.
Reproduction interdite ® 2016 - 2018 Au-coeur-des-chevaux.com